eyes

Bienvenue !!!
Votre Id utilisateur:
(Cliquez ICI pour vous connecter.)

Attention, Vous utilisez actuellement un compte qui n'a pas encore été validé. Vous n'avez donc pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Pour activer votre compte, veuillez suivre le lien contenu dans le mail qui vous a été envoyé lors de votre inscription.
dernier
membre
enregistré
pantherenoire

dernier
objet 3D
déposé par
albert.k@rlen.ch

Dernier
objet 3D
chargé
Roulement

N'hésitez pas !

Contactez-nous

Inscrivez-vous !

Abonnez-vous

Petit glossaire de l'impression 3D

# Intitulé description
A ABS (Acrylonitrile Butadiene Styrene) L’ABS est un matériau plastique utilisé par de nombreuses imprimantes 3D. C’est ce même matériau qui est utilisé par la socité "Lego" (C) pour faire ses briques ! Il est résistant (parfois utilisé pour les pare-chocs de voiture) et est recyclable. À l’heure actuelle, ce matériau est considéré comme l’un des plus simple à utiliser pour l’impression 3D et par conséquent, il est l’un des principaux matériau utilisé dans les imprimantes 3D personnelles.
ALM (Additive Layer Manufacturing) L’ALM est le principe même de l’impression 3D. Comme son nom l’indique, ce processus consiste en l’ajout de couches successives (ou calques) de matière pour construire un objet.
B Bioprinter (Bio-imprimante) Voir Bioprinting.
Bioprinting (Bio-impression) Le Bioprinting (ou Bio-impression) correspond à l’utilisation des imprimantes 3D pour la médecine. Les Bioprinters (Bio-imprimantes) utilisent des matériaux biologiques (par exemple des cellules). Ce domaine de l’impression 3D est porteur de grands espoirs notamment pour la création d’organes artificiels.
C CAO (logiciels) Les logiciels de Conception Assistée par Ordinateur permettent de créer des modèles 3D d’objets qui peuvent ensuite être imprimés en 3D. On trouve parmi les logiciels de CAO les plus connus :
  • autocad-logoAutoCAD (Par Autodesk)
  • blender
  • Catia_LogoCatia Par Dassault Systèmes
  • SolidWork Par Dassault Systèmes
  • SketchUp (gratuit) Par Trimble (et anciennement par Google)
  • Rhino3D-logoRhino3D Par Robert McNeel & Associates
  • 3DTin
  • Crowdfunding Le crowdfunding est une méthode de financement participative. De nombreux projets d’imprimantes 3D ont été financés grâce à des campagnes de crowdfunding. Des sites comme Kickstarter et Ulule permettent justement de donner de la visibilité à ces projets et à faciliter ces campagnes.
    D Do It Yourself (DIY) Littéralement « Faites-le vous-mêmes ». C’est un mouvement qui consiste à mettre à disposition toutes les informations nécessaires pour créer soi-même des objets. Cela peut aller d’un vélo à un vêtement ou encore des robots.
    E Extruder L’extruder est l’équivalent de la tête d’impression d’une imprimante papier. Après avoir été fondu, le matériau (le plus souvent du plastique) est déposé en couches successives via l’extruder. Ce dernier joue un rôle important dans la précision d’impression d’une imprimante 3D.
    F FDM (Fused Deposition Modeling) C’est la technologie la plus courante pour les imprimantes 3D grand public. L’imprimante va déposer de la matière grâce à un extruder. Pour cela, une bobine de fil alimente l’extruder qui va le faire fondre et le déposer la matière aux endroits nécessaires pour créer l’objet. On parle souvent de technologie à dépôt de fil. /TD>
    Filament C’est le mot anglais qui désigne en général le fil plastique (plastic filament) utilisé dans les imprimantes 3D grand public. Pour alimenter une imprimante 3D, ce fil est enroulé sous forme de bobine de fil.
    P PLA (PolyLactic Acid) Le PLA est un matériau plastique qui peut être produit par du sucre de canne, de la farine de maïs ou encore du tapioca. De par sa qualité de matériau biodégradable, il a de multiples applications comme par exemple, pour les gobelets plastiques.
    R RepRap RepRap est un projet qui vise à donner accès aux imprimantes 3D à un large public. Pour cela, la communauté RepRap conçoit et promeut des imprimantes 3D auto-réplicantes et libres sous licence GNU.
    S SLA (Stereolithographie Apparatus) cette technologie repose sur le principe de photopolymerisation. Une résine photosensible va se polymériser, c’est à dire que ses molécules vont se lier, sous l’effet d’un rayon laser ultraviolet et ainsi se solidifier. Tout comme le SLS, le laser va se déplacer sur la résine pour créer chaque couche. Les résines sont en générale beaucoup plus chères que les bobines de plastiques utilisées pour le FDM ou les poudres utilisées pour le SLS. De plus, les objets fabriqués seront semi-transparents (donc pas de couleurs !) /TD>
    SLS (Selective Laser Sintering) cette technologie repose sur le principe de frittage. C’est un procédé qui consiste à chauffer une poudre avec un laser. Sous l’effet de la chaleur, les grains de poudre se soudent. Pour l’impression 3D, l’objet est donc créé à partir d’un bain de poudre d’un matériau spécifique (souvent des plastiques). Le laser crée l’objet en pointant précisément là où doivent être fusionnés les grains de poudre.





    2017-11-22 04:41:37
    Il y a actuellement 1 personne(s) surfant sur ce site. / Record du nombre de connexions simultanées : 12
    (nombre d'utilisateur actif lors des cinq dernières minutes)

    Membre(s) actuellement connecté(s) :